Juin, le mois des commandes

Juin, le mois des commandes 

Les écoles ont toujours eu peu de moyens. Les subsides ne suffisent pas. En 1942, l’établissement des Filles de Marie à Ghlin a reçu un subside de 4626f pour les fournitures classiques de l’école primaire. Elle en a dépensé 8053,35 F ! On ne commandait pourtant que le minimum. Les fournitures distribuées aux élèves sont utilisées avec parcimonie.


Fernand Page (né à Ghlin en 1916) a fait toutes ses classes primaires chez les Frères. « Dans les petites classes, on n’avait pas le droit d’écrire dans le cahier qui était réservé pour la maison. Je travaillais sur une ardoise. »  


En 1942, le carnet Fournitures classiques rédigé par les Filles de Marie, nous renseigne que :


  • l’école gardienne de La Liberté (actuellement place Bastien)  commande une boîte de craies à 11f, une craie couleur à 5 f et deux boîtes de touches pour 16 f. Pour les travaux manuels, elle inscrit sur sa liste de commande 12 écheveaux de coton, des cartes-vues, des crayons de couleur, 21 ardoises, 8 cahiers et 8 albums. 

Touches : sorte de crayons en ardoise qui permettent d’écrire sur une ardoise.

Celles-ci sont souvent enveloppées sur la moitié d’un papier.

  • l’école du Busteau (école gardienne et premier degré primaire) demande  une boîte de plumes pour 27f et deux litres d’encre pour 20f. La commande porte aussi sur des livres de calcul, de grammaire et de catéchisme, environ 1 pour 2 élèves. Pour les travaux manuels, 1m80 de nappage à 54f et 200 g de laine. 

Catéchisme utilisé fin des années cinquante 

  • l’école du centre, rue de Mons commande pour la classe de 6ème : des buvards, des règles, 1 litre d’encre rouge, des cahiers journaux à 3f pièce, des cahiers dictées, des livres de sciences, . . . Pour le 4ème degré (c-à-d 7ème et 8ème année), elle achète  des livres de lecture, grammaire, arithmétique, algèbre, science et chimie. Elle commande encore  13 bibles pour 156 f ainsi que des livres d’hygiène et de commerce. Elle ajoute sur sa commande du liseré pour combinaisons, 16 m de tissu vichy et 42 boules de coton. 

Quelques couvertures de cahiers utilisés entre 1935 et 1945 par les élèves de l’école Saint-Louis, notamment par Marie Ghislain née en 1925 qui fit toutes ses primaires à l’école des Filles de Marie avant de devenir elle-même institutrice (diplômée de l’école normale des Filles de Marie à Pesches) et d’exercer un peu dans son ancienne école.

A noter que les tables de multiplication figurent de manière systématique sur le verso des couvertures. C’est encore le cas dans les années soixante. 

                                               

  • l’école des Frères (actuellement rue de la Culture), achète ses fournitures scolaires et les prix récompenses aux Procures des Frères. Un frère visiteur vérifie chaque année la pertinence des achats.                  

 Prix de musique reçu par Odon Debacker

à l’école Saint-Joseph  en  1939

Ce site web utilise les cookies. En cliquant sur « Accepter », vous acceptez notre utilisation des cookies.

Accepter